AFTER THE COLD RAIN

14.07.08

Tiens, elle s'ennuie ...

... diront les mauvaises langues. Un post par jour.
Mais vous avez raison.
Enfin, j'ai décidé de suivre sérieusement la prépa sciences po. Ce qui se traduit par 18 minutes de concentration, sur de l'anglais, bien sûr.  C'est la matiere la moins pénible à travailler. Et encore, je fais une pause parce qu'il faut aller chercher du bristol et se faire une fiche sur comment interpréter un graphique.
D'autre part, j'ai découvert les racines de quelques uns des troubles qui m'agitent :
- je grignote toute la journée, parce que ma maison est le palais d'Hansel et Gretel.  Toute fille normalement constituée aime le sucré. Malheureusement, contrairement à mon frère et ma soeur, je ne dispose pas d'un métabolisme qui transforme toutes ces calories en os.
- je pense peut-être plus aux sensations qui accompagnent la présence de P qu'à P lui-même. Toute fille normalement constituée aime sentir une main autour de son cou, non ?
Bon, j'arrête, on dirait une journaliste marie-claire. Je vais chercher des fiches bristol.

Posté par lae_ à 03:37 PM - Commentaires [8] - Permalien [#]


13.07.08

Un mythe s'effondre, je ne suis pas une rock star.

Je me trouve encore échouée sur internet, la radio allumée sur le Mouv. Pour donner de la contenance. Depuis cette année, grâce au programme d'histoire, je sais pourquoi ils diffusent du pop rock français pourris. Le Quota de je ne sais plus qui.Protectionnisme face à l'américanisation.
J'ai sommeil. Peut-être parce qu'hier je suis restée au téléphone honteusement longtemps. On a lâché tous les deux, l'air de rien, qu'on ne dormirait pas le jour où l'on se retrouverait.
Et j'essaie de me rappeler quand j'ai ressenti les premiers frissons au contact d'une peau étrangère. En cinquième, mi-juin, je m'amusais à m'asseoir un peu trop près d'un garçon, suffisamment pour que les poils de nos bras établissent une connexion et s'en retrouvent dressés. Suffisamment pour humer son parfum, qui devait relever du Tartine et Chocolat ou de ces immondes eaux de toilette du supermarché. Et puis à la  soirée piscine-pyjama de fin d'année, on découvrait les plaisirs enfantins mais je gardais ma bouche fermée. C'était dégoûtant de s'embrasser avec la langue ! L'histoire n'a pas duré, je n'étais ni amoureuse, ni garce.
Après, un vide émotionnel dû à une apparence vilain petit canard ?
Tiens, ça m'amuserait d'écrire une analyse de mon adolescence.

Posté par lae_ à 06:59 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]

11.07.08

Chez mes parents.

Je ne sais pas exactement ce que je fais. Je perds du temps.
Avachie sur le lit de la chambre, la fenêtre ouverte, le vent dans les feuilles.
Je découvre Let it Die de Feist, acheté £2.55 au HMV du flambant neuf terminal 5 de Londres Heathrow.
Ici, j'ai l'impression de laisser couler le temps. Les journées sont vides et sont rythmées par les heures de repas. Je m'engraisse, et ça m'énerve. J'ai passé un an à trouver un "équilibre" et redescendre à 45 kilos, et je gâche ces peines en quelques jours avec des bouchées de nougat et autres délices.
Je devrais être en train de travailler sur la formation en ligne pour le concours de sciences po à quelques centaines d'euros[!]. Sauf que je rêve de l'admission sur mention très bien pour ne pas avoir à ingurgiter toutes ces données, et surtout, perdre encore plus de temps impunément. Aller rejoindre des camarades à Barcelone par exemple. Boire du thé chez my beloved Fanny. Découvrir la saveur d'un baiser salé en Bretagne.
Pour citer ma mère, non "ce n'est pas fini". J'ai accroché la toile qu'il a peinte pour mon anniversaire, on s'appelle presque tous les jours. Il me donne la météo des plages et on se dit des choses niaises mais malheureusement sincères. On se leurre. On rêve de journées entières côtes à côtes, avec soit le sable collé à la peau, soit les herbes des champs nous chatouillant.
Je ne sais toujours pas à quoi ressemblera la rentrée 2008. Si je l'aimerai encore. Je me remémore sans cesse nos rendez-vous et mes nouveaux émois, et étonnement, je suis incapable de dresser quelque bilan de l'année écoulée.

Posté par lae_ à 03:02 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]