28.03.07

no matter where you are

J'ai vu Factory Girl avec L, M et mon autrichienne. Lorsque le film s'est terminé, on est bien resté 5 minutes silencieux parce qu'il n'y avait rien à dire, il fallait juste essayer de reprendre un peu de vie. Je crois que je n'ai pas vraiment aimé. Beau, mais. On a pris un 74 et filé vers la Tamise. Ca sentait la vase, je pensais que c'était la mer. L. déambulait avec l'appareil photo de mon père à son cou. Se rapprochant un peu plus du bord pour capter la lumière. On lui a découvert un coté efféminé.

Puis il a fallu courir pour attraper le dernier train. Remonter Putney High Street parmi les personnes saoûles, nous n'en faisions pas partie. Right now, i'm a bitch. The one who gets drunk too quickly. The one almost naked in the parent's office. Two weeks ago but they still think you're a whore. Try to escape.
A. est déjà une anecdote. Mon pessimisme était précusseur cette fois. Rien à faire, vous n'étiez pas amoureux, et vous n'arriviez même pas à faire semblant. It was the first time you allowed yourself to kiss someone you didn't like, you just had a crush on him, and as a result, you were wrong. Don't be afraid to be hurt, fall in love.
Il a gardé mon bracelet. Bastard.
Sinon je n'ai plus de musique. L'intégralité de mon baladeur mp3 s'est effacé. Et je chante "that time" pendant mes exams.
I'm so vain. And I want a bonsaï for my birthday. To take care of something. Every day.

Posté par lae_ à 08:54 PM - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur no matter where you are

    ...

    Requiem for a dream - conseillé

    Posté par Ells, 11.04.07 à 10:29 PM | | Répondre
  • you'll have your bonaï my love. you"ll have it.

    Posté par fanny, 08.05.07 à 11:27 PM | | Répondre
Nouveau commentaire