11.07.08

Chez mes parents.

Je ne sais pas exactement ce que je fais. Je perds du temps.
Avachie sur le lit de la chambre, la fenêtre ouverte, le vent dans les feuilles.
Je découvre Let it Die de Feist, acheté £2.55 au HMV du flambant neuf terminal 5 de Londres Heathrow.
Ici, j'ai l'impression de laisser couler le temps. Les journées sont vides et sont rythmées par les heures de repas. Je m'engraisse, et ça m'énerve. J'ai passé un an à trouver un "équilibre" et redescendre à 45 kilos, et je gâche ces peines en quelques jours avec des bouchées de nougat et autres délices.
Je devrais être en train de travailler sur la formation en ligne pour le concours de sciences po à quelques centaines d'euros[!]. Sauf que je rêve de l'admission sur mention très bien pour ne pas avoir à ingurgiter toutes ces données, et surtout, perdre encore plus de temps impunément. Aller rejoindre des camarades à Barcelone par exemple. Boire du thé chez my beloved Fanny. Découvrir la saveur d'un baiser salé en Bretagne.
Pour citer ma mère, non "ce n'est pas fini". J'ai accroché la toile qu'il a peinte pour mon anniversaire, on s'appelle presque tous les jours. Il me donne la météo des plages et on se dit des choses niaises mais malheureusement sincères. On se leurre. On rêve de journées entières côtes à côtes, avec soit le sable collé à la peau, soit les herbes des champs nous chatouillant.
Je ne sais toujours pas à quoi ressemblera la rentrée 2008. Si je l'aimerai encore. Je me remémore sans cesse nos rendez-vous et mes nouveaux émois, et étonnement, je suis incapable de dresser quelque bilan de l'année écoulée.

Posté par lae_ à 03:02 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chez mes parents.

Nouveau commentaire