13.07.08

Un mythe s'effondre, je ne suis pas une rock star.

Je me trouve encore échouée sur internet, la radio allumée sur le Mouv. Pour donner de la contenance. Depuis cette année, grâce au programme d'histoire, je sais pourquoi ils diffusent du pop rock français pourris. Le Quota de je ne sais plus qui.Protectionnisme face à l'américanisation.
J'ai sommeil. Peut-être parce qu'hier je suis restée au téléphone honteusement longtemps. On a lâché tous les deux, l'air de rien, qu'on ne dormirait pas le jour où l'on se retrouverait.
Et j'essaie de me rappeler quand j'ai ressenti les premiers frissons au contact d'une peau étrangère. En cinquième, mi-juin, je m'amusais à m'asseoir un peu trop près d'un garçon, suffisamment pour que les poils de nos bras établissent une connexion et s'en retrouvent dressés. Suffisamment pour humer son parfum, qui devait relever du Tartine et Chocolat ou de ces immondes eaux de toilette du supermarché. Et puis à la  soirée piscine-pyjama de fin d'année, on découvrait les plaisirs enfantins mais je gardais ma bouche fermée. C'était dégoûtant de s'embrasser avec la langue ! L'histoire n'a pas duré, je n'étais ni amoureuse, ni garce.
Après, un vide émotionnel dû à une apparence vilain petit canard ?
Tiens, ça m'amuserait d'écrire une analyse de mon adolescence.

Posté par lae_ à 06:59 PM - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Un mythe s'effondre, je ne suis pas une rock star.

Nouveau commentaire